La rédaction web n’est pas un journalisme au rabais

Temps de lecture : 3 minutes

J’aimerais faire une mise au point. Ou remettre les points sur i. Ou bien même faire une remise au point sur les i.

Je lis trop souvent des contenus web de mauvaise qualité : peu intéressants, sans valeur ajoutée, mal écrits, avec des erreurs grammaticales ou syntaxiques… Et je ne vous parle même pas des fautes d’orthographe.

Bref, des trucs qui font saigner les yeux et qui dépitent nos cerveaux.

Rédacteur web, un métier trop peu considéré

Le plus triste, dans cette histoire, c’est que certains de ces contenus ont été écrits par des rédacteurs web. Des soi-disants professionnels. Pourquoi, oui, POURQUOI ?

Parce que n’importe qui peut se déclarer rédacteur web.

Un formulaire P0 envoyé à votre CFE et pof, vous êtes rédacteur web auto-entrepreneur. Pas besoin de diplôme ni de formation spécifique : en 3 clics, vous êtes inscrits sur une plateforme quelconque qui vous mettra en relation avec des clients. Vous pourrez alors inonder le web d’articles écrits à la hâte, car d’une part, votre affaire n’est pas très rentable, et d’autre part, le secteur de la vente de pneus ne vous passionne pas plus que ça.

Parce que c’est pour beaucoup un métier annexe ou transitoire.

Conséquence du point précédent : actifs, étudiants ou chômeurs sont nombreux à jouer au rédacteur web pour mettre un peu de beurre dans les épinards. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai commencé en 2011. Et je me contenterai de dire qu’à l’époque, j’avais une belle marge de progression.

Ben oui, un job annexe pourquoi pas, mais tous les métiers s’apprennent, non ?

Les serveurs débutants commencent par faire tomber tous les verres… C’est pareil pour les rédacteurs. Certains s’en sortent très bien. D’autres ignorent complètement les règles de la rédaction web et publient un peu n’importe quoi (euphémisme). Même après plusieurs années d’exercice.

Bref, comme dans tous les métiers, il y a les bons, et il y a les autres.

Parce que c’est souvent mal payé.

Ça, j’en ai déjà parlé ici et . Quand on paie le feuillet 5€, il ne faut pas s’attendre à recevoir un article bien écrit (et encore moins documenté). Pour avoir du contenu fiable et intéressant, il faut y consacrer un budget, et demander la qualité plutôt que la quantité.

Le web déborde déjà de contenus (de merde) : il n’a pas besoin que vous en rajoutiez. Sauf, bien sûr, si vous avez quelque chose d’intéressant à raconter.

Parce que le journalisme web a pris de mauvaises habitudes.

Notamment celle de piquer des contenus sans citer ni même vérifier ses sources. Or, je le dis et je le répète : la rédaction web n’est pas un journalisme au rabais. Elle doit s’appliquer le même sérieux et la même rigueur que la presse écrite pour gagner ses lettres de noblesse.

Dans le cas des médias en ligne, il serait même plus juste de parler de journalisme web. Car enquêter sur un sujet en vue d’une publication en ligne, ce n’est pas le même métier que de rédiger le site d’une PME, par exemple. Ça implique d’ajouter aux règles de déontologie du journalisme les contraintes de l’écriture web. Bref, ça ne s’apprend pas du jour au lendemain.

Parce que la course au référencement dégrade les contenus.

Du moins ceux des mauvais rédacteurs, qui matraquent les mots-clés pour remonter dans les résultats de recherche. C’est oublier que le référencement prend aussi en compte le temps que les lecteurs passent sur vos pages. S’il n’y a rien d’intéressant, ils repartiront aussi sec : votre taux de rebond se dégradera, et Google vous tapera sur les doigts.

Écrivez pour des êtres humains avant tout. Ça ne vous empêche pas d’optimiser vos contenus pour le SEO : non seulement la lecture sera plus agréable pour vos lecteurs, mais en plus cette stratégie de référencement est meilleure sur le long terme.

Comment devenir un pro de la rédaction ou du journalisme web ?

Quelques pistes pour montrer au quotidien que vous exercez une vraie profession, et non pas du sous-journalisme :

  • Prenez votre métier au sérieux. Rédacteur web, ce n’est pas un truc que tout le monde peut faire. Ça implique de savoir écrire, de maîtriser son sujet et de connaître les règles de l’écriture web et du référencement naturel. Assurez-vous d’avoir ces compétences, et valorisez-les nom de nom !
  • Soyez exigeant et rigoureux. Mettez-vous dans la peau d’un lecteur attentif. Soyez rigoureux dans la vérification de vos informations et dans la citation de vos sources. Nota bene (mais alors bene) : ce n’est pas parce que c’est écrit sur un site web que c’est fiable. Plutôt que de pomper chez les autres, décrochez votre téléphone, allez rencontrer des gens, bref, produisez une information vérifiée et qui n’est pas déjà 50 fois en ligne.
  • Formez-vous. Je ne parle pas forcément de diplôme (même si la France les vénère). Peu importe que vous suiviez un master ou que vous vous abreuviez de lectures et de MOOC : dans tous les cas, formez-vous, apprenez et ré-apprenez ce métier chaque jour.

Signé : une militante du clavier.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *